Littérature érotique et pornographique : quel livre acheter pour cet été ?

Les plus chanceux d’entre vous sont déjà affalés quelque part sur une plage, les autres n’en peuvent plus de voir le fond d’écran avec plage hawaïenne et cocotiers… À défaut de vous offrir un aller-retour Paris-Copacabana, nous avons déambulé pour vous dans les rayons de la petite librairie érotique La Musardine, et vous a concocté une sélection non exhaustive, mais éclectique, de littérature porno à bouquiner sur la serviette. Allant de l’érotique doux au porno sévère, de quoi faire grimper un peu la température de vos vacances.

Le livre de plage parfait

octavie delvaux sex in the kitchen

Sex in the kitchen. Charlotte est une petite meuf de vingt-huit ans, blogueuse cuisine et maquettiste. Si ses deux potes, une nympho fashion et friquée et une orthophoniste dominatrice, ont une vie plutôt mouvementée, sa vie à elle est d’un banal proche de l’ennui. Charlotte plaque alors son mec et part en quête du piment qui dynamitera son quotidien, et surtout sa vie sexuelle… Ne vous fiez pas à son emballage barbiesque, ce bouquin facile à lire et divertissant, aux dialogues léchés et alléchants, est le livre de plage parfait. Érotique et drôle, mots crus, petite satire du milieu du journalisme au passage, il passera très bien entre deux œillades au mec de la serviette d’à-côté.

Sex in the kitchen, d’Octavie Delvaux, La Musardine, 320 pages.

Le petit bijou

PornographiqueCe petit livre à la couverture douce et immaculée, renferme un véritable joyau. Nacho Casanova et ses dessins au trait fin, nous livrent huit petites histoires érotiques si délicates qu’on se plaît à perdre le fil au gré de la poésie. À partir de petits riens du quotidien naissent des saynètes intimes dans lesquelles l’auteur nous fait entrer furtivement. On se délecte de gros plans des plus explicites mais qui ne dégagent pas une once de vulgarité, on s’émeut d’un ruban noué au-dessus d’une paire de fesses, d’une dentelle entourant un sein… Plus qu’un roman graphique, des instants suspendus.

Pornographique, Nacho Casanova, Diabolo Editions, 96 pages.

Les romans de gare

La PharmaciennePar un « pornographe à part entière », tel qu’Esparbec se définit lui-même. Un roman qui tape, en effet, dans le porno dur, mais comme il faut en avoir lu au moins une fois dans sa vie. Phallocrate assumé, l’auteur plaît énormément aux femmes, le gérant de la Musardine nous l’a affirmé. Une sélection éclectique, on vous avait prévenus.

La Pharmacienne, Esparbec, La Musardine, 288 pages.

Pourvu qu’elle soit rousseObsédé par les rousses, face aux blondes et brunes, il se sent démuni. Qu’elle soit rousse, c’est son seul critère. Et c’est ainsi qu’il va à la pêche aux futures conquêtes sur les sites de rencontre. Un éloge féministe pour premier roman.

Pourvu qu’elle soit rousse, Stéphane Rose, La Musardine, 96 pages.

Histoires pornographiquesSous le pseudonyme de Valentine Abé, se cache une pétillante jeune femme, comédienne née en Creuse en 1976. Elle ne livre pas tout à fait un roman, mais un recueil de courts récits, lettres, petits contes, finement écrits, et adressés à son amant, narrant tout autant d’aventures sensuelles et sexuelles, à deux, à trois, à quatre, SM, géronto, etc. Pas de fioriture, les mots sont crus, les détails abondent, pas de doute, c’est du porno, et ça vient de ressortir en poche.

Histoires pornographiques, Valentine Abé, La Musardine, 256 pages.

Littérature classique : c’est le moment de les lire ou de les relire

Giovannissima ! L’auteur est une femme née en 1962, et elle est une référence en la matière, puisqu’elle est la première dessinatrice érotique italienne. S’inspirant de son propre corps pour se dessiner et se mettre en scène dans ses histoires, cette bande-dessinée récemment réimprimée est incontournable. Des héroïnes bien en chair, rendant hommage aux pin-up glamours des années 50, des scènes de sexe brûlantes de réalisme. Impossible d’y résister.

Giovannissima ! , Giovanna Cassotto, Dynamite, 144 pages.

Les onze mille verges« Si je vous tenais dans un lit, vingt fois de suite je vous prouverais ma passion. Que les onze mille vierges ou même onze mille verges me châtient si je mens ! » Écrit en 1907, rééditée en format poche il y a peu, le chef-d’oeuvre porno burlesque contant l’histoire de l’épicurien prince Vibescu de Bucarest, ne se démode pas. De l’humour noir, de l’érotisme. Sade peut aller se rhabiller.

Les onze mille verges, Guillaume Apollinaire, J’ai lu, 127 pages.

L’incontournable manga

Hot infusionOn a beau croire que le manga est une littérature pour ado pré-pubère, un peu geek, un peu nerd sur les bords, derrière la plus pure des petites fleurs nippones en uniforme d’écolière se cachent les fantasmes les plus cochons de son créateur… C’est comme ça, c’est le manga. Des graphismes explicites… Un ecchi-hentai dans sa version non censurée, fait rare.

Hot infusion, Renya Sabashi, Taifu.

Les BD

L’immanquable. Un hors-série spécial érotisme, pour les adeptes de la bonne vieille revue. De Casotto à Giordino, en passant par Manara et Tarlazzi, le meilleur de la BD porno sur papier glacé, avec en prime une interview d’Ovidie, un portfolio inédit de Tanino Liberatore, ou encore une réécriture du Petit Chaperon Rouge par Yves Plateau.

L’immanquable, hors-série numéro 6, spécial érotisme.

Voyage en profondeursTout commence par une banale expédition au centre de la Terre, et dérape en partie de baise toutes les deux pages. Du Jules Verne à la sauce porno, dans lequel le savant Otto passionné de poussière et de vieux cailloux est remplacé par une blondinette sexy : le professeur Linda Lindebrock. De l’île de Lilliput au monde des Amazones, Linda fait équipe avec le conseiller en orifices profonds Vincent Ledanoy, et ensemble ils partent explorer les mondes inconnus… très en profondeur, donc. Drôle et rafraîchissant.

Voyage en profondeurs, Igor et Boccere, Dynamite, 160 pages.

Pour une nuit, fantasmes au féminin. Une jeune étudiante dans un train, un inconnu qui lui propose de réaliser tous ses fantasmes pour une nuit dans un hôtel de luxe parisien. Une approche des fantasmes féminins, par le scénariste H2O2, inspirée par l’étude Les femmes, le sexe et l’amour du sexologue Philippe Brenot. Le tout mis en vignettes par le trio de dessinatrices Chola, qui apportent autant de finesse au dessin. Une histoire plutôt classique, mais qui passe bien.

Pour une nuit, fantasmes aux féminin, H2O2 et Chola, Page69, 50 pages.

Les beaux livres qui craignent un peu le sable, mais valent le coup

La perfection chrétienneUne très belle BD inédite du talentueux disciple du Marquis de Sade, Georges Pichard. Inédite et inachevée, avec quelques planches seulement crayonnées, gardée secrète depuis le décès de l’auteur en 2003. Blasphème et sadomasochisme, âmes prudes et grenouilles de bénitier, s’abstenir. Une pépite de la bande-dessinée pour adultes, néanmoins.

La Perfection chrétienne, Georges Pichard, Glénat, 130 pages.

Vingt-Trois ProstituéesAprès s’être séparé de Sook Yin Lee, Chester Brown décide ne plus jamais avoir de petite amie. Au terme de 3 ans d’abstinence, il commence à fréquenter des prostituées à la chaîne. D’Amanda à Susan, en passant par Anne et Diane, dans ce roman graphique en noir et blanc, au trait un peu naïf, mais précis, il nous raconte avec pudeur et honnêteté, ses relations avec 23 prostituées entre 1999 et 2010. Sur fond de récit autobiographique, un plaidoyer pour la libéralisation de la prostitution et une description fidèle du métier.

Vingt-Trois Prostituées, Chester Brown, Cornélius, 288 pages.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.